06 79 33 75 22

 

Le Massage Tui Na An Mo

Tui Na An Mo signifie, d’après les idéogrammes chinois, “la main qui procure l’harmonie, en poussant, en pressant, en stimulant, en mettant en mouvement.”
Le massage a certainement représenté le premier geste thérapeutique et il est encore aujourd’hui exercé au sein des hôpitaux chinois où conjointement au massage, on pratique des mobilisations et des postures. Il fait partie intégrante de la Médecine Traditionnelle Chinoise.
C’est une approche très efficace pour traiter les douleurs, mais qui a aussi d’excellentes vertus apaisantes et relaxantes.
.
Il tend, en agissant sur la circulation de l’énergie et du sang, à obtenir un équilibre énergétique et à stimuler la résistance aux maladies.
Il désobstrue les méridiens, fait circuler le Qi, le sang, les liquides organiques.
Il harmonise l’énergie défensive (Wei Qi) et l’énergie nourricière (Ying Qi). Chaque geste a sa spécificité d’action.
.
En éliminant les blocages, le Tui Na agit positivement sur les différentes parties et fonctions du corps, même internes, et permet à l’organisme de s’autoguérir.
L’intégration de la pratique du Chi Nei Tsang permet de libérer la digestion tant physique qu’émotionnelle.
Parce qu’il peut être très relaxant, il est particulièrement utile pour soulager l’anxiété et le stress, favoriser le sommeil et la relaxation.
Comme d’autres formes de massage, il peut être utilisé à titre préventif, afin d’encourager le mouvement du Qi (l’énergie vitale) et du sang.
.
Selon nos critères occidentaux, le Tui Na se classerait dans la catégorie des massages plutôt dynamiques.
.
L’utilisation des ventouses complète et renforce l’action du Tui Na : par leur action d’aspiration induite par la pression négative dans la cupule, elles amènent ce qui est en profondeur (Yin) à la surface (Yang). L’énergie bloquée à l’interne (Yin) sera amenée à la superficie (Yang) et dégagée.
Elles régulent les flux de Qi et de sang.
On les place sur des points d’acupuncture, des zones douloureuses ou elles sont déplacées sur le dos, par exemple.
.
.
.

.